De l’art de terminer

Parce que oui, c’est un art qui m’est étranger.Je n’ai terminé qu’une chose dans ma vie, c’est ce fichu film de fin d’études que j’ai bien failli abandonner des millions de fois, face à chaque incompréhension, chaque critique, chaque problème technique rencontré qui saupoudrait sur ce projet des saveurs de malédiction, des aigreurs qui me…

White people, we have work to do

Ouvre les yeux.Tu as un ami noir depuis toujours.Ton beau-frère est la caution diversité des repas de famille.Tu n’es pas raciste, tu ne vois pas les couleurs, on est tous nés sous le même ciel, on est tous humain, le même sang coule dans nos veines. Ouvre les yeux.Tout ça ne suffit pas.Être tolérant ne…

Tout reprendra (enfermés, 5)

Hier, la ville s’est réveillée. Le bruit est revenu, la place grouille à nouveau de badauds imprudents qui se collent aux passages piétons. Les travaux d’en face ont repris, et les ouvriers mettent un point d’honneur à travailler en musique. Musique largement couverte par les scies sauteuses et les marteaux piqueurs, mais j’imagine que c’est…

A mon frère jumeau

Il y a quelques années, j’ai rêvé de toi. Ted. Mon frère, le plus adorable des humains, aussi grand que maman et aussi humain que papa. Je t’invitais enfin à la maison, dans cet appartement que tu n’as jamais vu, pour te présenter mes deux bébés poilus. Je t’assurais que tu allais les adorer, tu…

Briser la chaîne (enfermés, 4)

Ce matin, mon téléphone a sonné. J’en avais perdu l’habitude, le bruit m’a plongé dans une torpeur qui m’a rappelé de mauvais souvenirs : les cris d’un éditeur insatisfait, les retours clients qui ne rallongent jamais mon salaire, ou simplement la flemme des collaborateurs d’échanger par email, parce que c’est plus simple par téléphone, tu…

S’évader (enfermés, 3)

J’ai une stalkeuse. Elle me suit partout, dans le moindre recoin de mon appartement. Comme mon ombre, elle me ressemble. Elle est moi légèrement distordue, je la sens dans mon dos, sur mes épaules perchée, elle alourdit mes pas. Au réveil, elle est là, au pied du lit, parmi mes chats. Quand mes pieds touchent…

A bout de souffle (enfermés, 2)

Je rêve de grands espaces, de profondes bouffées d’air depuis le sommet du Grand Muvéran, de roulades dans les pentes herbeuses, du bourdonnement des abeilles tout proche. L’an dernier, à cette période, j’avais joué à l’apicultrice d’un jour. Trente degrés de printemps et ce costume de protection qui absorbait les litres de sueur que mon…

Enfermés

Ça a commencé dans l’absurdité, dans le mépris pour la paranoïa ambiante, dans le ridicule de la pénurie de masques puis de papier toilette. Ça a commencé tout doux, dans les on va pas s’arrêter de vivre quand même, dans les rapports officiels du gouvernement, dans les interdictions, dans les volutes de notre liberté qui…

18 mètres carrés

Je me souviens du minuscule coffre de la Renault 5 qui débordait des vêtements d’été de ma grand-mère; du parfum de sa laque qui envahissait l’habitacle et se mêlait aux effluves d’eau de Cologne bon marché dont s’aspergeait mon grand-père. Je me souviens des serviettes coincées dans les fenêtres pour nous préserver des rayons du…