Belle plante

Un brouillard de mots. D’épais nuages de syllabes qui perdaient tout leur sens dans l’alambic de ses conduits auditifs. Voilà tout ce qu’il percevait de la verve de Lucie, sa femme, toujours très enthousiaste à l’idée de lui tailler un costume de saison sur un air pastoral. Dans la fumée noire de son discours, Hervé…

Cocon

Dans mon cocon, rien ne peut m’atteindre. Aucun bruit, aucun son, aucun parasite. Rien de l’extérieur ne me parvient. Pas de froid, pas de chaleur, pas de contact. Je suis isolée du monde et de ses habitants. Il n’y a rien d’autre ici que moi. Rien d’autre que mon souffle, mon pouls, les gargouillis de…

Au rythme des tambours

 — Ben, voilà autre chose, maintenant ! s’exclama Mathilde en triant son linge propre. Dans sa main, une culotte en dentelles et satin rouge brillait d’un chiche rayon de lumière blanc. Une culotte qui ne lui appartenait pas. — L’enfoiré ! Elle envoya valser l’un des coussins du canapé et déblatéra une nuée d’insultes qui…

Le temps d’un thé

C’était officiel : elle détestait cette maison. Comment avait-elle pu ne pas s’en apercevoir avant ? Tout était bancal ici, à commencer par la table basse, le bureau, la console ; et même les chaises, dépareillées, chinées ici et là quand la vie la berçait encore d’illusions. Canapé creusé et inconfortable, portes qui grincent, s’ouvrent…

Les souliers

    Le vernis de ses chaussures renvoie les rayons d’un soleil impudique qui frappe son front de toutes ses forces. Elle regarde ses pieds avancer, l’un après l’autre, sans jamais avoir l’impression de contrôler quoi que ce soit. Regarde devant toi, lui soufflait sa mère à la moindre occasion qu’elle saisissait au vol, chaque…

Les fleurs sauvages

  Comment était-il arrivé jusqu’ici ? Au volant d’une vieille voiture toussotante, Grégoire Amaranthe ne se souvenait de rien. Le vide total. Il observait ses mains fripées effectuer des gestes oubliés et laissait opérer la mémoire du corps, fasciné. Embrayage. Changement de vitesse. Débrayage. Accélération. Dix heures dix sur le volant. La route était déserte….

Douillette

Elle avance péniblement, perchée sur ses minuscules talons qu’elle ne supporte déjà plus. La ville grouille et à plusieurs reprises, elle fait ce pas de danse gênant avec les passants qui se plantent sur sa trajectoire. Droite, gauche, droite, gauche, jusqu’à ce que l’un capitule. Souvent elle, qui souffle et tente de manifester un mécontentement…